Interview de Natalia de Froberville

 

Dans le cadre de la tournée du Ballet du Capitole au Liceu de Barcelone fin 2021-début 2022, nous consacrons plusieurs entretiens à 3 personnalités du Ballet. Nous concluons ces échanges avec Natalia de Froberville, Danseuse Étoile du Ballet du Capitole.

 

Natalia, vous avez interprété le Casse-Noisette au Liceu de Barcelone, comment vous sentiez-vous juste avant cette tournée ?

J'étais très excitée à l'idée d'être à Barcelone et j’avais hâte d’y aller ! Durant cette période très particulière que nous vivons, c’est un immense bonheur de pouvoir continuer à danser. J’espérais aussi beaucoup que les spectateurs de Barcelone apprécierait notre beau Casse-Noisette.

Je pense que c'est un ballet très intéressant car il peut plaire autant aux plus petits qu'aux plus grands ! De plus, le personnage de Marie que j’interprète est différent des autres productions et je l'apprécie énormément. Elle n’a pas de manières très sophistiquées mais elle est pleine de vie, elle possède un cœur tendre et courageux et elle est toujours prête à se battre pour défendre son amour et ses amis.

 

Vous avez été nommée Étoile du Ballet du Capitole il y a quelques années maintenant, que signifie pour vous le titre d’Étoile ?

J’ai toujours trouvé qu’il était difficile de répondre à cette question. Pour moi, être une Étoile ce n’est pas seulement être une danseuse avec une très grande technique et des talents d’actrice. Je crois qu’il faut savoir aussi garder son esprit ouvert, constamment s’intéresser et être ouverte à de nouvelles choses, sans jugements et en cultivant toujours sa curiosité. Pour être une Étoile, il faut être forte et pas seulement dans son corps mais aussi dans son esprit, car on doit être une inspiration pour le public et pour ses collègues aussi.

 

A quoi ressemble une journée de travail en tant qu’Étoile du Ballet ?

Ma matinée commence avec du champagne et du caviar ! [rires] Je plaisante bien sûr, je commence toujours ma journée par une balade avec mon chien et après mon petit-déjeuner, je vais au studio de danse pour mon cours du matin. Ma journée se continue ensuite avec 2 répétitions de 2h15 chacune : ce n’est pas vraiment un emploi du temps exceptionnel [rires] mais cela peut changer en fonction des jours et des tournées.

 

A quel moment avez-vous voulu être danseuse ?

J’avoue n’avoir jamais pris cette décision moi-même : c’était le choix de ma mère. J’ai simplement suivi ses conseils et je ne le regretterai jamais. Bien sûr il y a eu des jours où je n’étais pas en forme et pendant lesquels je me demandais si j’avais fait le bon choix – mais aujourd’hui je n’ai aucun doute : je suis une ballerine. 

 

Quel rôle vous a le plus marqué ? Quelle est votre œuvre préférée ?

Il y en trop pour n’en choisir qu’une ! J’adore tous les rôles que j’ai joué : j’adore Marie dans le Casse-Noisette parce que j’ai l’impression de retourner en enfance et de me transformer par magie en princesse qui découvre son premier amour ; j’adore Giselle pour tout le romantisme et le drame qu’on y retrouve. Et en dehors des ballets classiques, j’aime beaucoup danser des chorégraphies contemporaines ; l’une de mes favorites est « A Million Kisses to my Skin » de David Dawson. J’aimerais aussi énormément danser le rôle principal dans La Reine Morte de Kader Belarbi et dans Onéguine de John Cranko.

 

Quels conseils donneriez-vous à ceux qui veulent se professionnaliser dans la danse ? 

Je leur dirais de ne pas perdre de temps à faire trop de promotion sur les réseaux sociaux. Il est certes important d’en faire de nos jours, pour se faire connaître par exemple, mais il ne faut pas non plus faire d’obsession de son image.

Avoir une grande discipline est aussi très important, mais il ne faut pas oublier de s’amuser, d’aimer sincèrement ce que l’on fait et surtout, de ne pas avoir peur des chutes et des échecs. Ce sont des choses qui arrivent et cela ne veut pas dire que vous êtes faible, au contraire, c’est tout à fait naturel et cela fait partie du chemin pour atteindre à vos objectifs !

··

Un immense merci à Natalia de Froberville pour ce bel échange  !

··

Théâtre
19
janvier
2022