LE PROJET ORPHÉE

Opéra pour les enfants

Les mécènes qui soutiennent le projet

Découvrez les petits artistes d'Orphée

Orphée Episode II : Les enfants découvrent la partition

C.Ghristi.jpg

Christophe Ghristi
Directeur artistique du Théâtre du Capitole

 

« Le Projet Orphée est né de la conviction que l’Opéra et la Danse peuvent toucher tous les enfants et qu’ils peuvent les aider au long de leur chemin. En juin 2019, trois classes joueront un opéra spécialement composé pour eux. Pourquoi Orphée ? D’abord parce que Orphée a été à la naissance même de l’opéra, avec l’Orfeo de Monteverdi. Et que le personnage symbolise tous les arts et tous les artistes. On le retrouve ensuite en pointillé dans toute l’histoire de la musique et il sera une formidable porte pédagogique. C’est aussi un sujet extrêmement théâtral avec la représentation des enfers, Cerbère, les furies, mais aussi les ombres heureuses, Apollon et l’Amour.

En coopération avec le Rectorat, nous choisirons donc trois classes qui travailleront toute une année à l’élaboration de ce spectacle donné sur la scène du Capitole. Tout au long de l’année scolaire, ces classes s’initieront à l’opéra et au ballet, visiteront les lieux, rencontreront les professionnels, verront les spectacles. Ensuite, ils se mettront eux-mêmes au chant et à la danse, s’approprieront les disciplines et les styles. Un tel projet nécessite une organisation assez lourde, de l’élaboration de l’œuvre donnée et des premiers ateliers à la mise en place des répétitions, des rencontres entre les classes et de l’élaboration du spectacle.

Sans doute, ces enfants vivront une expérience exceptionnelle, parfois difficile mais extrêmement valorisante et qui ouvrira pour toujours leur imagination et leur sensibilité. »

JF.Verdier.jpg

Jean-François Verdier
 

Jean-François Verdier est présenté comme l’une des personnalités les plus intéressantes de la vie musicale française.

Super-soliste de l’Opéra de Paris, il est considéré comme l’un des meilleurs clarinettistes européens. Il est lauréat des concours internationaux de Tokyo, Wien, Anvers, Colmar, et Lugano, dans plusieurs disciplines. Il joue sous la direction de Bernstein, Ozawa, Muti, Gergiev, Salonen, Boulez, Jordan, Dohnanyi, Nelsons... et est notamment invité par le Concertgebouw d’Amsterdam. Il enseigne au CNSM de Paris depuis 2001.

Prix Bruno Walter du Concours international de direction d’orchestre de Lugano en 2001, c’est avec les conseils d’Armin Jordan et Kent Nagano qu’il débute un parcours de chef d’orchestre rapidement salué par la critique.

Chef résident de l’Orchestre National de Lyon (2008-10), il est directeur artistique de l’Orchestre Victor Hugo depuis 2010. Avec cet orchestre, il enregistre plusieurs disques primés par la critique internationale. Il est sollicité par les grandes scènes lyriques et symphoniques : Opéra National de Paris (Bastille et Garnier), Madrid, Montréal, Munich... Il est aussi l’invité des orchestres et opéras nationaux français : Capitole de Toulouse, Lyon, Montpellier, Metz, Bordeaux, Ile-de-France... Il collabore avec Susan Graham, Rolando Villazon, Ludovic Tézier, Karine Deshayes, Inva Mula, Isabelle Faust, Anne Queffelec, Sergei Nakariakov,... avec les chorégraphes Anna Thérésa de Keermaeker, Jose Martinez...

Directeur artistique de l'Orchestre de Besançon Montbéliard Franche-Comté depuis 2010, Jean-François Verdier a été nommé en 2018 directeur musical de l’Orchestre National Bourgogne-Franche-Comté qui verra le jour en septembre 2019.

Il est aussi jury de concours internationaux, notamment en compagnie de Leonard Slatkin, Dennis Russel Davies, Gerd Albrecht ou Jorma Panula.

Il compose également des contes musicaux : une suite pour Pierre et le loup "Le canard est toujours vivant !" (texte de Bernard Friot, avec Jacques Gamblin, Milan) ; "Anna, Léo et le gros ours de l’armoire" (Actes sud) joué à la Philharmonie de Paris (tous deux Coup de Coeur de l’Académie Charles Cros) ; "Nuage Rouge" (texte de Vincent Cuvellier).

Dans ses projets actuels, un mini-opéra pour enfants sur le mythe d’Orphée pour le Capitole de Toulouse, ainsi qu’une fresque musicale sur la légende de la déesse nordique Freyja.

Jean-François Verdier est Chevalier des Arts et des Lettres.